top of page
  • Photo du rédacteurFrancis Ginestet

D’être à Hêtre (Francis)


7 août 2020 - Lac des Pises

Je savais bien qu'il ne pourrait pas s'enfuir, mais je me suis quand même approché très lentement.

‌Un peu comme on s'approche d'un éléphant qui semble assoupi.

Ceux qui se sont un jour approchés d'un éléphant comprendront.

‌Il était assoupi comme peut l'être un vieux hêtre du Lingas, ce petit territoire extraordinaire du pied de l'Aigoual.

‌Assoupi pour se reposer des luttes incessantes contre le vent et le froid des longs mois d'hiver.

‌Luttes de plusieurs centaines d'années gagnées grâce au bloc de granit qui protège soin tronc depuis sa première feuille.

‌Je me suis permis d'imaginer qu'il m'attendait.

‌ En tout cas moi je le cherchais.

‌Trop impressionné, je n'ai pas su engager une véritable conversation.

Je lui ai juste dit que je l'admirais et qu'il m'impressionnait par sa puissance et sa détermination à vivre là, en milieu hostile.

‌Il m'écoutait mais j'ai compris qu'il ne voulait pas répondre.

‌Je l'avais vu. Il m'avait vu. C'était déjà beaucoup.

Je devais partir.

‌Je lui ai dit Bonsoir avant de me rendre compte que dire Bonsoir à un hêtre pluri centenaire du Lingas avait quelque chose de ridicule.

‌Mais on est toujours nul quand on est impressionné

‌Je crois qu'il a été amusé.

‌Il m'a dit "Reviens demain"

‌J'espère qu'il sera au rendez-vous.


FRANCIS

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page