top of page
  • Photo du rédacteurFrancis Ginestet

Mon premier chagrin (Philippe Pauthonier)


Depuis la fenêtre de ma chambre, Je le voyais au fil des saisons, Son aspect dénudé en décembre, En été, sa superbe frondaison. Langoureux, il ondoyait sous le vent, Mélodique bruissement de son feuillage Comme une comptine pour jeunes enfants ; Charmé, j'y voyais un heureux présage... Durant mes temps libres et les dimanches, Sous son toit de verdure, c'était ma cabane. Je m'installais sur sa plus grosse branche, Mon petit nid douillet dans mon cher platane. Mon coin secret de paradis, mon univers, Le cœur battant, je savais qu'il m'attendait. Je lui rendais visite entre ciel et terre Pour nos merveilleux instants de complicité. Un soir, en revenant de l'école, De la sciure comme des taches de sang, Autour d'une souche émergeant du sol. À cet instant, s'est envolé mon cœur d'enfant.


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page